Le Canada va exiger des avertissements nutritionnels sur certains aliments !!

A lire absolument

À partir de 2026, le Canada exige que des avertissements nutritionnels soient affichés sur le devant des aliments préemballés contenant des niveaux élevés de graisses saturées, de sucre ou de sodium, afin d’aider les consommateurs à faire des choix plus sains d’un simple coup d’œil.

Cette politique, dont l’élaboration a duré plus de cinq ans, permettra d’étiqueter clairement les produits contenant ce que l’on appelle des « nutriments préoccupants pour la santé publique« , liés à des maladies telles que les maladies cardiovasculaires et le diabète de type 2.

 » Cette réglementation est conçue pour qu’il soit plus facile pour nous de faire des choix éclairés et plus sains « , a déclaré le ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, lors d’une conférence de presse jeudi matin.

Santé Canada a précisé que les nouvelles étiquettes compléteront, sans les remplacer, les informations nutritionnelles plus détaillées qui figurent généralement au dos des emballages alimentaires.

Maladies rénales, cardiovasculaires, Diabète : Comment lire une étiquette nutritionnelle ?

A découvrir : Maladies rénales, cardiovasculaires, Diabète : Comment lire une étiquette nutritionnelle ?

En général, elles seront placées sur les aliments préemballés qui contiennent plus de 15% de l’apport journalier recommandé en acides gras saturés, sucres ou sodium.

Pour les repas préemballés, les avertissements ne seront apposés que sur les articles contenant plus de 30 % de l’apport journalier recommandé. Quant aux aliments vendus par tranches de moins de 30 grammes, les étiquettes s’appliqueront s’ils contiennent plus de 10 % de l’apport journalier recommandé.

Les étiquettes proposées ont été au centre d’une controverse au début du mois, lorsqu’un groupe d’éleveurs s’est opposé au projet du gouvernement d’inclure des avertissements sur la viande hachée.

À l’époque, la Canadian Cattlemen’s Association avait déclaré que cette politique allait « vilipender » la viande hachée et faire croire aux gens qu’il s’agit d’un choix moins sain que les morceaux entiers.

Désormais, Santé Canada a exempté la viande hachée des étiquettes d’avertissement, même si elle est riche en matières grasses. Le produit a été jugé bénéfique pour la santé malgré les « nutriments préoccupants », tout comme le lait, de nombreux fromages et les fruits.

« Les familles canadiennes comptent sur le bœuf haché, qui est un aliment de base nutritif et abordable et qui contribue de façon importante à la sécurité alimentaire. Nous sommes heureux de la décision de Santé Canada de ne pas exiger que le bœuf haché porte une étiquette de mise en garde trompeuse », a déclaré le président de la Canadian Cattlemen’s Association, Reg Schellenberg, dans une déclaration écrite.

Les emballages de sucre et de sel seront également exemptés, le gouvernement ayant déclaré que la présence d’étiquettes sur ces produits serait inutile.

Le plan visant à mettre des avertissements sur le devant des emballages alimentaires a d’abord été lancé dans le cadre de la « stratégie pour une alimentation saine » de Santé Canada en 2016, et les consultations se sont poursuivies en 2018.

Mais M. Duclos a déclaré que le gouvernement donnait aux entreprises jusqu’en 2026 pour mettre en œuvre ce changement, afin de les aider à gérer le coût de la révision des emballages et éventuellement de reformuler les aliments pour qu’ils ne soient plus soumis à ces étiquettes.

Il a ajouté que c’était l’un des objectifs du programme, qui s’est concrétisé au Chili lorsque ce pays a imposé des étiquettes similaires sur le devant des emballages.

Selon Santé Canada, un an après la mise en œuvre du programme, la proportion de produits devant porter les symboles a considérablement diminué au Chili, ce qui laisse penser que les entreprises ont modifié leurs recettes pour réduire le sucre, les matières grasses et le sel.

Cette réglementation a reçu les sceaux d’approbation de la Fondation des maladies du cœur et de Diabète Canada.

Mary L’Abbé, professeur au département des sciences de la nutrition de l’université de Toronto et spécialiste de la nutrition en santé publique, se dit également satisfaite de cette politique.

Selon elle, un consommateur qui choisit entre deux sauces à spaghetti pourra désormais savoir rapidement si l’une est nettement plus saine que l’autre et faire son choix en conséquence.

« Nous savons que la plupart des consommateurs ne prennent pas le temps, en magasin, de retourner les emballages pour comparer le tableau de la valeur nutritive d’un produit à celui d’un autre, alors cette mesure les aidera vraiment à faire ces comparaisons », a-t-elle déclaré.

Selon Mme L’Abbé, les recherches montrent qu’après l’ajout de ces avertissements, les gens sont plus susceptibles de choisir des aliments plus faibles en sucre, en sel et en gras.

Bien qu’il soit trop tôt pour dire si cela fait une différence au niveau des problèmes de santé liés à l’alimentation, la modélisation suggère que ce sera le cas si les gens continuent à faire ces choix.

« Certains produits seront toujours consommés, même s’ils portent des étiquettes d’avertissement », a déclaré Mme L’Abbé, en donnant l’exemple de la viande transformée, qui est une option pratique et bon marché pour beaucoup.

« Je ne pense pas que les gens changeront toutes leurs habitudes alimentaires, mais je pense que dans de nombreuses catégories où les aliments auront des étiquettes sur le devant de l’emballage, il sera facile de repérer ceux qui ont (une étiquette d’avertissement) et ceux qui n’en ont pas. Et c’est le type de changement qui a été observé dans d’autres pays. »

Via Canada to require nutrition warnings on some foods but not others

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Récents

Découvrir plus :