La biodiversité désigne la variété des formes de vie sur la Terre à tous les niveaux, des gènes aux écosystèmes. Elle comprend tous les êtres vivants, des humains aux microbes, champignons et invertébrés.

La biodiversité est essentielle à la poursuite de la vie sur Terre ; source de nourriture, et de médicaments…

Des activités essentielles, telles que la pollinisation, la dispersion des graines, la régulation du climat, la purification de l’eau, le cycle des nutriments et la lutte biologique (lutte contre les “nuisibles”) sont également assurées par les écosystèmes de la Terre.

L’effet de l’homme sur la biodiversité

Au cours du siècle dernier, les écosystèmes de la Terre ont subi des changements rapides et l’activité humaine a entraîné une perte massive de biodiversité.

Dans un rapport publié dans la revue PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences), les chercheurs ont déterminé qu’au cours de ces derniers siècles, l’homme a causé l’extinction de 83 % de tous les mammifères sauvages et de la moitié des plantes.

La biomasse sur Terre

Cette statistique est choquante car l’impact catastrophique de l’humanité est disproportionné par rapport à l’infime pourcentage que représentent les humains sur la terre.

L’étude, qui est la première du genre à établir une estimation complète du poids de chaque classe de créature vivante sur la planète, a déterminé que la population humaine mondiale de 7,6 milliards de personnes ne représente que 0,01 % de tous les êtres vivants.

Les bactéries, en revanche, représentent 13 %, tandis que les plantes représentent au total 83 % de toute la vie sur terre.

“J’espère que cela donnera aux gens une idée du rôle prépondérant que joue actuellement l’humanité sur Terre”, a déclaré le professeur Ron Milo, de l’Institut Weizmann des sciences en Israël, qui a dirigé ces travaux.

Les humains décident qui reste et qui disparaît !

L’une des principales conclusions de l’étude est que non seulement les humains provoquent l’extinction de groupes d’animaux et de plantes, mais qu’ils déterminent également ceux qui restent. Les chercheurs ont découvert que 70 % de tous les oiseaux restant sur Terre sont des poulets ou d’autres oiseaux d’élevage.

60 % des mammifères restants sont du bétail, et 36 % sont des porcs, ce qui ne laisse que 4 % d’animaux sauvages.

Les mammifères marins, en revanche, ont diminué de 80 %.

L'homme-a-tue-des-mammiferes-sauvages-et-des-plantes

“Quand je fais un puzzle avec mes filles, il y a généralement un éléphant à côté d’une girafe à côté d’un rhinocéros”, a déclaré Milo. “Mais si j’essayais de leur donner une vision plus réaliste du monde, ce serait une vache à côté d’une vache à côté d’une vache et ensuite un poulet.

L’impact de l’agriculture sur la biodiversité

L’agriculture est le premier facteur de perte de biodiversité en raison de la croissance des populations mondiales et de l’évolution des modes de consommation.

Elle transforme les habitats naturels en systèmes de monoculture étroitement surveillés et rejette des polluants et des gaz à effet de serre dans l’écosystème.

Des recherches récentes ont suggéré qu’une approche plus efficace consistait à se concentrer sur une agriculture respectueuse de la biodiversité sur une plus grande surface.

Le changement climatique et la biodiversité

Le réchauffement climatique, la montée du niveau des mers et l’intensification des tempêtes forcent de nombreux animaux à quitter leur habitat pour trouver de nouveaux espaces de vie.

Des chercheurs de l’Université d’East Anglia à Norfolk, au Royaume-Uni, et de l’Université James Cook en Australie, ont estimé qu’à ce rythme, 50% des territoires géographiques occupés par des dizaines de milliers d’animaux pourraient être perdus d’ici 2100.

Les conclusions de l’étude se fondent sur le rythme actuel du réchauffement climatique, qui devrait entraîner une augmentation de la température mondiale de 3,2 degrés par rapport aux niveaux préindustriels d’ici la même année.

Les scientifiques affirment aujourd’hui que la planète pourrait être confrontée à sa sixième extinction de masse.

L’annihilation biologique qui en résultera aura évidemment de graves conséquences écologiques, économiques et sociales”, concluent-ils dans le rapport. “L’humanité finira par payer un prix très élevé pour la décimation du dernier assemblage de vie que nous connaissons dans l’univers“.

Que peut-on faire ? (Lire la suite en Page 2)