Que peut-on faire ?

Pour commencer, les auteurs expliquent qu’il faut mettre en place des solutions de secours comme la création de réserves naturelles, l’adoption de réglementations environnementales plus strictes et la restauration des écosystèmes. Il ne s’agit toutefois pas de solutions durables.

Puisque, selon les auteurs, le principal moteur de cette désintégration de la vie est la surpopulation humaine et la surconsommation, ce sont les domaines clés qui doivent être changés. La consommation humaine doit diminuer à des niveaux plus gérables.

Le professeur Ron Milo a modifié ses habitudes de consommation en raison des effets de l’agriculture sur l’environnement.

“J’espère que les gens considéreront ce [travail] comme partie intégrante de leur façon de consommer”, a-t-il déclaré.

Je ne suis pas devenu végétarien, mais je prends en compte l’impact environnemental dans ma prise de décision, donc cela m’aide à mieux décider“.

Les chiffres que ces études ont rapportés sont stupéfiants, mais si nous prenons les mesures nécessaires au niveau mondial, nous pouvons encore préserver la biodiversité restante.

Partagez c’est important ! Merci.

Via Humanity Has Killed 83% of All Wild Mammals and Half of All Plants: Study