5 raisons, nous sommes plus gros qu’il y a 30 ans – ce n’est ni la nourriture, ni l’activité physique !

A lire absolument

Les scientifiques nous avertissent que notre façon de cuisiner le riz est nocive pour notre santé !

Article mis à jour Juillet 2021 Des milliards de personnes dans le monde se nourrissent quotidiennement de riz. En fait, c'est l'un des aliments de base,...

10 règles pour un corps alcalin !

“Les maladies ne se développent pas dans un milieu alcalin” Otto Warburg, Prix Nobel de Médecine en 1931 Les...

15 signes que votre corps est trop acide et 7 façons de l’alcaliniser rapidement !

Un organisme acide est un organisme malsain. Lorsque le corps est acide, il crée un milieu défavorable. En cas de maladie, les bactéries et...

Les 7 pires aliments à manger le matin !

Article mis à jour Juin 2021 Vous avez probablement entendu dire que le petit-déjeuner est le repas le plus important de la journée. Bien que cela...

La triste vérité sur la société d’aujourd’hui est que nous sommes de plus en plus gros. Nous sommes maintenant plus obèse comparée à nos ancêtres, malgré les avancées médicales. Nous menons un style de vie sédentaire. Nous ne cherchons plus notre nourriture et nous ne la cultivons plus nous-même.

Pourquoi sommes-nous devenus plus gros?

L’étude, menée par des chercheurs de l’Université York à Toronto, en Ontario, a constaté que : « si vous avez 40 ans maintenant, vous devriez manger moins et exercer plus que si vous aviez 40 ans en 1971 pour prévenir la prise de poids » [1].

L’étude est financée par les Instituts de recherche en santé du Canada. Elle a examiné les données sur la nourriture de près de 36 400 adultes américains recueillies par la National Health and Nutrition Survey entre 1971 et 2008. Les données sur l’activité physique, de 14 419 adultes de 1988 à 2006 ont également été utilisées.

Les chercheurs ont comparé 3 facteurs cruciaux. Ils ont constaté que, même lorsque les trois étaient identiques, une personne en 2006 aurait encore un indice de masse corporelle qui était environ 10 pour cent plus élevé que celui d’une personne huit ans avant.

Cela signifie qu’une personne qui mange la même quantité de calories et exerce autant qu’une personne en 1988 (du même âge), serait encore plus « grosse » aujourd’hui [2].

C’est plus qu’une question de calories mangées et dépensées !

L’auteur principal de l’étude, la professeure Jennifer Kuk, déclare: « [Notre étude] indique qu’il peut y avoir d’autres changements spécifiques contribuant à l’obésité au-delà de l’alimentation et de l’activité physique ».

« C’est parce que la gestion du poids est en fait beaucoup plus complexe qu’un simple rapport « calories absorbées » Vs « calories brûlées ». C’est semblable à dire que le solde de votre compte est simplement vos dépôts moins vos retraits. Ne tenant pas compte de toutes les autres choses qui influent sur votre solde. Comme les fluctuations du marché boursier, les frais bancaires ou les taux de change. » [1]

Alors quels sont les autres facteurs ?

5 Facteurs affectant notre prise de poids !

1. Stress

De plus en plus de personnes font face au stress quotidiennement. Que ce soit à la maison ou au travail, le stress est un facteur commun pour la prise de poids. Au début, le stress peut vous faire perdre votre appétit, mais à la longue le stress chronique peut augmenter votre faim [3].

Une fois que nos corps atteignent un certain niveau de stress, ils déclenchent une réponse qui nous amène à trop manger. Par exemple, l’un des rôles de l’hormone du stress cortisol est d’augmenter l’apport de glucose dans le flux sanguin afin qu’il puisse être utilisé comme source d’énergie.

Pour nos ancêtres, cette augmentation de glucose était utile pour fuir une menace. Cependant, de nos jours, nous n’utilisons plus cette énergie, ce qui entraîne des fluctuations de glycémie et un stockage de graisse [3].




2. Facteurs environnementaux

Notre environnement actuel est bien différent de celui de nos ancêtres. Par exemple, la plupart des foyers contiennent divers produits pouvant affecter les fonctions de notre corps. Les composants les plus communs sont :

1. BPA (Bisphénol A : perturbateur endocrinien, risque cancer du sein…)

2. PCB (aussi appelés biphényles polychlorés (BPC), ou encore parfois improprement dits « pyralènes » (du nom commercial d’un produit de Monsanto à base de PCB autrefois très utilisé en Europe dans les transformateurs)

3. Phtalates (Produits à quelque 3 millions de tonnes par an dans le monde, les phtalates sont présents partout à des niveaux différents dans notre environnement quotidien : cosmétiques, peintures, vêtements, jouets)

4. Triclosan (ce produit préoccupe depuis quelques années les toxicologues et spécialistes de la santé publique, car il est perturbateur endocrinien et parce que son efficacité peut être inhibée face à des microbes qui lui sont devenus résistants.)

5. pesticides agricoles et agents ignifuges…

Tous ces composés sont structurellement semblables à l’hormone œstrogène, ce qui peut entraîner un gain de poids [2].

3. Qualité de la nourriture

La qualité de nos aliments a également changé par rapport à celle de nos ancêtres. Maintenant, bon nombre de nos aliments sont transformés et remplis d’additifs et de conservateurs qui n’existaient pas il y a environ 50 ans.

Sans oublier le fait que les aliments sont cultivés dans un sol qui n’est plus aussi dense que celui d’autrefois. Les cultures d’OGM et la pulvérisation de pesticides sont d’autres facteurs qui influent sur la qualité de la nourriture actuelle.

4. Médicaments

Nous prenons également beaucoup plus de médicaments que nos ancêtres, un autre facteur nouveau qui contribue à l’épidémie de l’obésité. [4]

Les médicaments viennent avec une série d’effets secondaires, donc il n’est pas étonnant que la prise de poids soit liée à leur utilisation excessive. Les experts rapportent que jusqu’à 25 pour cent des personnes qui prennent des antidépresseurs peuvent s’attendre à une prise poids de plus de 5 kilos [2].

5. flore intestinale

Le microbiote intestinal influence la perte de poids !

Notre flore intestinale aide à neutraliser certains sous-produits toxiques et à décourager les « mauvaises » bactéries et les levures de se développer. Elle contribue également à stimuler le processus digestif et à favoriser l’absorption des nutriments [6].




Malheureusement, le régime occidentale ne favorise pas une bonne santé intestinale. Il est pauvre en prébiotiques et probiotiques, riche en aliments « morts » tels que les déchets et les aliments transformés.

Que pouvons-nous faire ?

Alors que nous ne pouvons pas remonter dans le temps, nous pouvons prendre quelques mesures pour aider à lutter contre le gain de poids malsain:

1. Mangez de la nourriture réelle et vérifiez les étiquettes des aliments emballés, en évitant tout édulcorant artificiel, additifs et conservateurs.

2. Mangez des aliments biologiques autant que possible pour minimiser l’exposition aux pesticides, aux fongicides et aux aliments génétiquement modifiés.

3. Optez pour des produits cosmétiques et ménagers 100% naturels

4. Apprenez à gérer correctement le stress

5. Prenez les médicaments uniquement lorsque cela est absolument nécessaire et évitez de trop utiliser d’antibiotiques

6. Assurez-vous d’inclure des aliments favorable à votre intestin, comme les prébiotiques, l’ail, les poireaux, les oignons, les asperges et les probiotiques, par exemple le yaourt bio, la choucroute, le kimchi, le tempeh, le miso…

Via Why We’re Gaining More Weight Than Our Ancestors








4 Commentaires

  1. La consommation de sucre est aussi facteur de surpoids…notamment dans la les produits issus de l’industrie agro-alimentaire…..vos commentaires sont-ils volontairement tronqués….et auriez-vous le soutien de lobbys aussi douteux que ceux de l’agro-alimentaire…je signale en passant que le professeur Joyeux éminent oncologue…déconseille la consommation de produits issus de cette même industrie…il ne s’agit même pas de choisir entre tel ou tel étiquetage…

  2. Le sucre est une cause majeure de prise de poids dans notre société. Il y a de plus en plus de cirrhose de foie non alcoolique (NASH syndrome), le nombre de cas dépasse les cirrhose du foie ! Ajoutez à cela tous les polluants que nous buvons, respirons et avalons… Personnellement je fais super attention à tous les aliments que j’achète, je regarde qu’il n’y ait jamais de sucre ajouté et je fais des cures de detoxications 7 jours par mois (re-gene.com) je me sens beaucoup mieux et garde une taille normale

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Récents

4 desserts méditerranéens pour satisfaire vos envies de sucré

Le régime méditerranéen existe depuis bien plus longtemps que tout autre régime alimentaire à la mode. Il est basé sur la cuisine traditionnelle de...

Poire au four à la ricotta et à la cannelle

Cette recette (collation) est riche en fibres et en ALC (acide linoléique conjugué). La cannelle aide également à maîtriser la glycémie. La ricotta est riche...

Tartinade de lentilles

Les lentilles sont une bonne source de fer, un nutriment qui stimule le métabolisme et dont 20% d'entre nous manquent. Les lentilles sont également une...

Quel matériel de cuisine pour ouvrir un restaurant méditerranéen ?

La Méditerranée : Une région, un climat et une cuisine ! La cuisine méditerranéenne n'est pas le produit d'un groupe ethnique ou d'une culture spécifique.  Il...

Salade estivale au melon, jambon et figues fraiches

Cette recette combine des fruits sucrés (melon et figues) avec du jambon pour un plat unique et savoureux. Arrosez chaque portion d’un filet d'huile...

Découvrir plus :