Le sport réduit le risque de 13 cancers !

A lire absolument

Une large étude explique que l’exercice physique peut réduire considérablement votre risque de contracter de nombreux types de cancer, y compris ses formes les plus mortelles.

Des chercheurs qui ont consulté 1,4 millions d’adultes ont déclaré que s’exercer, même seulement deux heures par semaine, semble réduire les risques de cancer du sein, du côlon et des poumons.

Votre risque de cancer semble continuer à baisser en passant ce seuil de deux heures, a déclaré l’auteur principal de l’étude Steven Moore, enquêteur à l’U.S. National Cancer Institute.

« Plus d’activité signifie plus de bénéfice », a déclaré Moore. « Plus les gens pratiquent du sport, plus leurs risques ont continué à diminuer. »

Il convient de noter, cependant, que l’étude n’a pas trouvé une liaison directe entre l’exercice et le risque réduit de cancer; Aucune relation de cause à effet n’a été confirmée.

Dans l’étude, la pratique  régulière du sport a été liée en gros à un risque réduit de 13 cancers selon les chercheurs : la leucémie, le myélome, les cancers de l’œsophage, du foie, du rein, de l’estomac, de l’endomètre, du rectum, de la vessie, de la tête et du cou.

150 minutes d’activité d’intensité modérée par semaine, ou 75 minutes d’activité vigoureuse, contribuent à une meilleure santé du cœur, mais aident aussi pour la prévention du cancer.

L’exercice d’intensité modérée implique des activités telles que la marche rapide ou le tennis, alors que l’exercice d’intensité vigoureuse implique des activités cardiovasculaires comme le jogging ou la natation, selon l’U.S. Office of Disease Prevention and Health Promotion.

Dans cette étude, Moore et ses collègues se sont concentrés sur l’activité physique de loisir, en dehors des heures du travail ou des tâches ménagères. Ces activités physiques volontaires sont généralement pratiquées pour améliorer la santé.

Les auteurs de l’étude ont affirmé que selon les informations générales, environ la moitié des adultes ne respectent pas la recommandation minimum pour l’exercice.

Des recherches antérieures ont lié l’exercice à un risque réduit de cancer du sein et du côlon, mais aucune étude n’a tenté d’examiner l’effet de l’activité physique sur de nombreux types de cancer, a dit Moore.

Les chercheurs ont mis en commun les données de 12 études américaines et européennes pour créer une base de données de 1,4 millions d’adultes, âgés entre 19 et 98. Ils ont ensuite vérifié si l’activité physique déclarée volontairement fait une différence dans le risque de 26 cancers.

L’exercice a été associé à un risque réduit de la moitié des cancers examinés par les enquêteurs, et cette réduction est restée assez significative pour la quasi-totalité des cancers, même après avoir tenu compte de facteurs tels que l’obésité et les antécédents de tabagisme.

Les chercheurs ont signalé que dans l’ensemble, un niveau plus élevé d’activité physique a été associée à un risque 7% plus faible de contracter tous types de cancers.

Les pourcentages de réduction des risques s’étendent de 42% pour le cancer de l’œsophage à 10% pour le cancer du sein, expliquent les auteurs de l’étude. Pour le cancer du côlon et des poumons, le risque a été réduit de 16 % et 26 %, respectivement.

« L’activité physique, donc, peut jouer un rôle dans les efforts de prévention de cancer », a déclaré Moore.  Personne ne sait pourquoi l’exercice semble aider à repousser le cancer, affirme Moore, mais il y a quand même des théories de base.

L’activité physique réduit les niveaux d’hormones, comme les œstrogènes, qui ont été liés à différents cancers, et aide à contrôler les niveaux d’insuline et les facteurs de croissance insulinomimétique.

Moore a dit que les gens qui pratiquent du sport ont aussi tendance à avoir des niveaux inférieurs d’inflammation. Leurs cellules semblent être soumises à moins de stress oxydatif, et sont plus capables de réparer l’ADN endommagé qui pourrait causer le cancer, a déclaré Gammon, co-auteur d’un éditorial accompagnant l’étude.

Gammon a déclaré être très satisfaite de la réduction de 42 % des risques du cancer oesophagien. « C’est assez étonnant, parce que c’est une tumeur très meurtrière » dit-elle. « Je pense que la durée moyenne de survie est de 11 à 12 mois après le diagnostic. »

D’autres cancers très meurtriers qui semblent devenir moins fréquentes avec l’exercice comprennent ceux du foie, de l’estomac, des reins et de la tête et du cou.

Il est toujours préférable d’avoir une stratégie pour apprendre à réduire le risque de ces cancers parce qu’il n’y aura plus les mêmes options, une fois diagnostiqué !

Via Exercise May Cut Risk of 13 Cancers

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Récents

Découvrir plus :