Le saumon d’élevage, un des aliments les plus toxiques au monde !

A lire absolument

Les scientifiques nous avertissent que notre façon de cuisiner le riz est nocive pour notre santé !

Article mis à jour Juillet 2021 Des milliards de personnes dans le monde se nourrissent quotidiennement de riz. En fait, c'est l'un des aliments de base,...

10 règles pour un corps alcalin !

“Les maladies ne se développent pas dans un milieu alcalin” Otto Warburg, Prix Nobel de Médecine en 1931 Les...

15 signes que votre corps est trop acide et 7 façons de l’alcaliniser rapidement !

Un organisme acide est un organisme malsain. Lorsque le corps est acide, il crée un milieu défavorable. En cas de maladie, les bactéries et...

Les 7 pires aliments à manger le matin !

Article mis à jour Juin 2021 Vous avez probablement entendu dire que le petit-déjeuner est le repas le plus important de la journée. Bien que cela...

Article mis à jour Juillet 2021

Plusieurs études et documentaires portent un regard critique sur l’industrie du poisson. Avec des photos incroyables de fermes piscicoles à travers le monde. Beaucoup ont encore une vision plutôt romantique de la pêche. Mais lorsqu’il s’agit de production alimentaire à grande échelle, le tableau est plutôt sombre.

La pêche aujourd’hui est confrontée à une série de problèmes graves, de la surpêche à la pollution chimique et aux mutations génétiques dues à l’exposition aux produits toxiques. Certains considèrent que par le biais de l’élevage intensif et la pollution mondiale, la chair des poissons que nous mangeons s’est transformée en un cocktail chimique mortel.

Malgré cela, le commerce du poisson est en plein essor, en partie grâce aux efforts déployés pour cacher au public les dessous sales de la pêche moderne.

L’aquaculture se présente comme une solution durable à la surpêche. Mais en réalité, les fermes piscicoles causent plus de problèmes qu’elles n’en résolvent. Il y a vraiment peu de différence, en termes de pollution environnementale, entre les parcs d’engraissement terrestres et les parcs aquatiques.

Le saumon d’élevage : l’un des aliments les plus toxiques au monde ?

En regardant les produits chimiques utilisés dans les élevages de poissons en Norvège, Kurt Oddekalv, un militant écologiste norvégien respecté, estime que l’élevage de saumons est un désastre tant pour l’environnement que pour la santé humaine.

Sous les fermes d’élevage de saumons réparties dans les fjords norvégiens, on trouve une couche de déchets d’une quinzaine de mètres de hauteur, qui regorge de bactéries, de médicaments et de pesticides. En bref, l’ensemble du fond marin a été détruit, et comme les fermes sont situées en pleine mer, la pollution qu’elles génèrent n’est en aucun cas contenue.

Une ferme de saumon peut contenir plus de 2 millions de saumons dans un espace relativement restreint. Cette surpopulation entraîne des maladies, qui se propagent rapidement parmi les saumons stressés.

Selon Oddekalv, les poux de mer, la maladie du Pancréas (PD) et le virus de l’anémie infectieuse du saumon (ISA) se sont répandus dans toute la Norvège. Cependant, les consommateurs ne sont pas informés de ces pandémies de poissons et la vente de ces poissons malades se poursuit sans faiblir.

Un certain nombre de pesticides dangereux (parfois connu pour avoir des effets neurotoxiques) sont utilisés dans le but de repousser les parasites pathogènes. Le poisson a toujours été considéré comme un aliment sain, mais selon Oddekalv, le saumon d’élevage d’aujourd’hui est l’un des aliments les plus toxiques au monde !

Le chercheur en toxicologie Jerome Ruzzin a confirmé les affirmations d’Oddekalv. Il a testé les toxines de différents groupes d’aliments vendus en Norvège et, en effet, le saumon d’élevage contient la plus grande quantité de toxines de tous, et de loin.

Globalement, le saumon d’élevage est cinq fois plus toxique que tout autre produit alimentaire testé.

Lors d’études portant sur l’alimentation animale, les souris nourries au saumon d’élevage sont devenues obèses, avec d’épaisses couches de graisse autour de leurs organes internes. Elles ont également développé un diabète.




Toutefois, ces résultats n’ont été obtenus qu’après un régime alimentaire extrêmement concentré sur le saumon d’élevage. Pour reproduire les quantités utilisées dans cette étude, il faudrait qu’un être humain ne mange que du saumon d’élevage à chaque repas, tous les jours, pendant deux mois. Le fait de manger un aliment de façon presque exclusive, sans varier le régime alimentaire, est sûr de provoquer un excès de certains nutriments et un manque d’autres, et d’entraîner des maladies.

À la lumière de ses propres études, Ruzzin a cessé de manger du saumon d’élevage. Il note qu’une théorie qui gagne du terrain est que l’augmentation des taux d’obésité est liée au nombre croissant de toxines et de polluants auxquels nous sommes exposés par notre environnement et notre alimentation. Il se pourrait bien qu’il ait raison, mais le saumon fait-il partie de ces aliments ?

Le saumon d’élevage, Mutations génétiques et autres faits étranges…

En plus de contenir les parasites comme les poux de mer, les pesticides utilisés affectent également l’ADN des poissons, provoquant des mutations génétiques. Des exemples troublants de cabillauds déformés sont capturés.

Ce qui est encore plus inquiétant, c’est que, selon Oddekalv, environ 50 % des cabillauds d’élevage sont déformés de cette façon. Les cabillauds femelles qui s’échappent des fermes sont connus pour s’accoupler avec des cabillauds sauvages, propageant ainsi les mutations génétiques et les déformations dans la population sauvage.

Le saumon d’élevage souffre de mutations moins visibles mais tout aussi inquiétantes. La chair du saumon d’élevage est « cassante » et se brise lorsqu’on la plie, ce qui est tout à fait anormal.

Le contenu nutritionnel est également tout à fait anormal. Le saumon sauvage contient environ 5 à 7 % de matières grasses, alors que la variété d’élevage peut en contenir entre 14,5 et 34 %.

De nombreuses toxines s’accumulent plus facilement dans les graisses, ce qui signifie que même s’il est élevé dans des conditions de contamination similaires, le saumon d’élevage contiendra beaucoup plus de toxines que le sauvage.

Il est choquant de constater que la source la plus importante d’exposition aux toxines n’est pas les pesticides ou les antibiotiques, mais les aliments secs en granulés ! Les polluants trouvés dans les aliments pour poissons comprennent des dioxines, des PCB et un certain nombre de médicaments et de produits chimiques différents.

Qu’est ce qui rend l’alimentation du saumon si toxique ?

Alors, qu’est-ce qui ne va pas avec l’alimentation du poisson? Pourquoi est-elle si toxique?




Dans une usine norvégienne de granulés de poisson, le principal ingrédient s’avère être l’anguille, utilisée pour sa forte teneur en protéines et en graisses, et d’autres poissons gras de la mer Baltique.

C’est là où commence le problème. La mer Baltique est très polluée. Certains des poissons utilisés présentent des niveaux toxiques de polluants, qui sont tout simplement repris dans les granulés alimentaires.

En Suède, les poissonniers sont désormais tenus d’avertir leurs clients de la toxicité potentielle du poisson de la Baltique. Selon les recommandations du gouvernement, il ne faut pas manger de poisson gras comme le hareng plus d’une fois par semaine, et si vous êtes enceinte, le poisson de la Baltique est à éviter complètement.

Jan Isakson, militant suédois de Greenpeace, révèle quelques-unes des raisons de toute cette pollution. Juste à la sortie de Stockholm, une énorme usine de papier située sur la rive de la Baltique produit des dioxines toxiques.

Neuf autres pays industrialisés entourant la mer Baltique déversent également leurs déchets toxiques dans cette masse d’eau fermée. Les dioxines se lient aux graisses, c’est pourquoi le hareng, l’anguille et le saumon sont particulièrement vulnérables et finissent par en accumuler des quantités plus importantes que les autres poissons.

Après avoir été jugés impropres à la consommation humaine, ces poissons gras sont désormais principalement utilisés dans l’alimentation des poissons d’élevage. De cette façon, la toxicité du saumon d’élevage se développe encore plus que dans la nature.

Analyse alimentaire
© agroqual.com, 2020. Reproduit avec permission.

A découvrir : Analyse alimentaire

L’un des secrets les mieux gardés et les plus dangereux de l’industrie du poisson !

Il existe toutefois un autre problème, qui découle du processus de fabrication des granulés. Les poissons gras sont d’abord cuits, ce qui donne deux produits distincts : la poudre de protéines et l’huile. Si l’huile présente des niveaux élevés de dioxines et de PCB, la poudre de protéines ajoute davantage à la toxicité du produit final.




À la poudre de protéines, on ajoute un antioxydant appelé éthoxyquine. Selon certains, il s’agit de l’un des secrets les mieux gardés de l’industrie de l’alimentation des poissons. L’éthoxyquine a été mise au point par Monsanto dans les années 1950 – comme pesticide. Son utilisation est strictement réglementée, alors pourquoi l’ajoute-t-on aux granulés de poisson ?

Il y a quelques années, un laboratoire anti-fraude suisse a été surpris de trouver des niveaux extrêmement élevés d’éthoxyquine dans les poissons d’élevage – environ 10 à 20 fois plus élevés que les 50 mcg par kilo autorisés dans les aliments dans l’Union européenne – et cette découverte a commencé à percer le secret. L’éthoxyquine a été conçue pour être utilisée sur les fruits et légumes, mais l’industrie de l’alimentation des poissons a découvert une autre utilisation inédite de ce produit : elle l’ajoute aux aliments pour animaux pour empêcher les graisses de s’oxyder et de rancir.

Cependant, les fabricants d’aliments pour poissons n’ont jamais informé les autorités sanitaires de leur utilisation de ce produit chimique. En conséquence, l’UE réglemente strictement les niveaux d’éthoxyquine dans les fruits, les légumes et la viande – il existe même des normes pour les kangourous et les reptiles – mais pas pour les poissons que les gens consomment. Qui plus est, les effets de ce produit chimique sur la santé humaine n’ont jamais été établis.

Ce que disent les autorités :

La seule et unique étude jamais réalisée sur l’éthoxyquine et la santé humaine est une thèse de Victoria Bohne, Ph.D., une ancienne chercheuse en Norvège qui a fait un certain nombre de découvertes troublantes, notamment le fait que l’éthoxyquine peut traverser la barrière hémato-encéphalique et peut avoir des effets cancérigènes.

Bohne, comme beaucoup d’autres chercheurs qui ont fait des découvertes peu appréciées, a été poussée à quitter son poste de recherche après que l’on ait tenté de fausser et de discréditer ses résultats.

D’autres ont établi un lien entre l’utilisation secrète de l’éthoxyquine dans la pisciculture norvégienne et l’absence de recherches scientifiques sur ses effets, et le ministre norvégien de la pêche et des affaires côtières, Lisbeth Berg-Hansen.

Il se trouve que cette dernière est également une actionnaire importante d’une ferme commerciale de saumon et qu’elle a occupé de nombreux postes de haut rang dans l’industrie de la pêche.




Le Conseil norvégien des produits de la mer maintient cependant que « le saumon d’élevage est documenté comme un poisson sûr et sain ». Bien qu’il n’y ait pas de limite supérieure pour l’éthoxyquine dans le poisson, l’Organisation mondiale de la santé a fixé par précaution une dose journalière admissible de 0,005 mg par kilo de poids corporel par jour. Pour mettre cela en perspective, une grande portion de saumon (300g) ne représente pas plus de 15% de cette limite. Le comité scientifique norvégien pour la sécurité alimentaire a donc conclu que le poisson d’élevage est un aliment sain qui peut être consommé sans risque par tout le monde, tous les jours de la semaine !!

La consommation de panga en France !

En France, la consommation de poisson a plus que doublé au cours des cinq dernières décennies, dépassant désormais la consommation de bœuf et de poulet. Pour répondre à la demande, le poisson est importé du monde entier. Il est rare de trouver un poisson pêché au large des côtes françaises. Près de la moitié des poissons vendus en France sont élevés en pisciculture. Des espèces moins connues et moins chères ont également été mises sur le marché.

Le panga, qui fait désormais partie des dix poissons les plus consommés en France, était relativement inconnu il y a dix ans. Son prix peu élevé a également fait du panga un best-seller dans le système scolaire.

Les questions soulevées sont les suivantes : comment ces poissons d’élevage peuvent-ils être vendus à des prix aussi bas, et que contient réellement ce poisson que les enfants consomment désormais régulièrement ?

L’enquête commence dans le sud du Vietnam, où le panga fait partie de la tradition culinaire. Cependant, derrière cette image culturelle, se cache une réalité plus inquiétante. Au cours des 15 dernières années, les exportations de panga sont devenues une source de revenus importante pour la région. En fait, 95 % de la production mondiale de panga provient du sud du Vietnam, et ce succès a entraîné une exploitation environnementale et humaine.

Les pangas d’élevage grandissent deux à quatre fois plus vite que les poissons sauvages, ce qui leur permet d’atteindre leur taille adulte en six mois environ. Les poissons sont ensuite pêchés et traités, ce qui inclut le lavage des filets dans de grandes cuves remplies d’eau et de polyphosphates – des additifs chimiques qui facilitent la congélation.

Ces produits chimiques permettent également aux poissons d’absorber de l’eau, ce qui augmente artificiellement leur poids. Après ce processus, le poisson est dépourvu de goût et d’odeur et prend la saveur des épices que vous ajoutez pendant la cuisson.

La pollution de l’environnement présente des risques !

De nombreux élevages de panga sont victimes de maladies, en raison de la pollution des eaux dans lesquelles ils sont élevés. Le Mékong, où se trouvent de nombreux élevages de panga, est l’un des fleuves les plus pollués au monde. En 2009, le Fonds mondial pour la nature a placé le panga sur sa liste « rouge » des produits qui présentent un danger pour l’environnement et la santé humaine.




Des millions de foyers vietnamiens déversent chaque jour leurs déchets directement dans le Mékong. Les pesticides utilisés pour la culture du riz migrent également dans ce cours d’eau. Les algues vertes et les bactéries libèrent des toxines dans l’eau et réduisent les niveaux d’oxygène dans l’eau, ce qui ajoute un stress supplémentaire au système immunitaire des poissons, les rendant plus sujets aux maladies.

Pour lutter contre les maladies, les agriculteurs ajoutent des quantités industrielles de médicaments dans leurs étangs à poissons, notamment un large éventail d’antibiotiques.

L’effet secondaire est la résistance aux médicaments, ce qui oblige les agriculteurs à augmenter sans cesse les doses. Le panga n’est pas la seule chose affectée par cette stratégie, bien sûr. Les antibiotiques se répandent dans les systèmes fluviaux, sont absorbés par les tissus des poissons et excrétés dans les excréments, ce qui redistribue les médicaments dans l’environnement – et à ceux qui mangent le poisson.

Mangez-vous du poisson ou des déchets de poisson ?

Le poisson peut être l’un des aliments les plus sains que vous puissiez manger, mais à l’ère industrielle, vous devez faire très attention à choisir le bon type de poisson.

Voici une autre raison pour éviter les aliments transformés. Sachez que les déchets de poisson sont devenus une « marchandise très prisée » utilisée dans les aliments transformés. À moins de 15 cents le kilo, ces têtes et ces queues de poisson, ainsi que le peu de viande qui reste après le filetage, sont une véritable source de profit.

Pratiquement plus rien n’est gaspillé. Les peaux de poisson sont recyclées pour être utilisées dans l’industrie cosmétique. Le reste des déchets de poisson est lavé et réduit en pulpe, qui est ensuite utilisée dans les plats préparés et les aliments pour animaux.

Comme les fabricants d’aliments ne sont pas tenus de vous dire que leurs produits contiennent de la pulpe de poisson plutôt que de la chair de filet de poisson, ce produit offre une marge bénéficiaire élevée pour les fabricants d’aliments.

Un conseil : si la liste des ingrédients comprend un poisson sans préciser qu’il s’agit d’un filet de poisson, le produit est généralement fabriqué avec de la pulpe de déchets de poisson.

La fraude au poisson est également monnaie courante. Des enquêtes ont montré qu’une étiquette de poisson sur trois est fausse ou trompeuse. En général, un poisson bon marché est étiqueté à tort comme un poisson plus cher. Certains poissons d’élevage sont également présentés comme étant sauvages.

Comme la traçabilité est plus complexe dans l’industrie des aliments transformés, en raison du mélange des ingrédients, c’est là que se produit la plupart des fraudes sur le poisson.

Il est un peu plus difficile de faire passer des filets de poisson pour une autre espèce, mais cela arrive aussi.

Les meilleures options : Saumon sauvage d’Alaska, sardines et anchois

L’anchois, "amarou" pour Nice, "amplovo" en Provence...

Il est désormais clair que la pisciculture n’est pas une solution viable à la surpêche. Au contraire, elle ne fait qu’aggraver la situation, en détruisant l’écosystème marin à un rythme beaucoup plus rapide… Alors quelle est la solution ?

Malheureusement, la grande majorité du poisson, même pêché à l’état sauvage, est trop contaminé pour être consommé fréquemment. La plupart des grands cours d’eau du monde sont contaminés par du mercure, des métaux lourds et des produits chimiques comme les dioxines, les PCB et d’autres produits chimiques agricoles qui se retrouvent dans l’environnement.

Toutefois, il y a deux exceptions. La première est le saumon rouge d’Alaska authentique et sauvage, dont les avantages nutritionnels l’emportent sur toute contamination potentielle.

Le risque que le saumon rouge accumule des quantités élevées de mercure et d’autres toxines est réduit en raison de son cycle de vie court, qui n’est que d’environ trois ans. De plus, la bioaccumulation des toxines est également réduite par le fait qu’il ne se nourrit pas d’autres poissons déjà contaminés.

Le saumon d’Alaska n’est pas autorisé à être élevé et est donc toujours pêché à l’état sauvage.

Le saumon en conserve étiqueté « saumon d’Alaska » est une alternative moins coûteuse aux filets de saumon.

La deuxième exception concerne les poissons plus petits dont le cycle de vie est court, qui ont également tendance à être de meilleures alternatives en termes de teneur en graisses, comme les sardines et les anchois, c’est donc une situation gagnant-gagnant – un risque de contamination plus faible et une valeur nutritionnelle plus élevée.

En règle générale, plus le poisson est proche du bas de la chaîne alimentaire, moins il aura accumulé de contamination. Assurez-vous simplement qu’ils ne proviennent pas de la mer Baltique.

Parmi les autres bons choix, citons le hareng et les œufs de poisson (caviar), qui regorgent de phospholipides importants qui nourrissent les membranes mitochondriales.

Documentaire en relation avec le sujet : Envoyé spécial : le saumon en Norvège.

Via Farmed Salmon — One of the Most Toxic Foods in the World

9 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Récents

4 desserts méditerranéens pour satisfaire vos envies de sucré

Le régime méditerranéen existe depuis bien plus longtemps que tout autre régime alimentaire à la mode. Il est basé sur la cuisine traditionnelle de...

Poire au four à la ricotta et à la cannelle

Cette recette (collation) est riche en fibres et en ALC (acide linoléique conjugué). La cannelle aide également à maîtriser la glycémie. La ricotta est riche...

Tartinade de lentilles

Les lentilles sont une bonne source de fer, un nutriment qui stimule le métabolisme et dont 20% d'entre nous manquent. Les lentilles sont également une...

Quel matériel de cuisine pour ouvrir un restaurant méditerranéen ?

La Méditerranée : Une région, un climat et une cuisine ! La cuisine méditerranéenne n'est pas le produit d'un groupe ethnique ou d'une culture spécifique.  Il...

Salade estivale au melon, jambon et figues fraiches

Cette recette combine des fruits sucrés (melon et figues) avec du jambon pour un plat unique et savoureux. Arrosez chaque portion d’un filet d'huile...

Découvrir plus :