Les scientifiques trouvent des antidépresseurs naturels dans le sol du jardin ?!

Les passionnés du jardinage ne cachent pas les bienfaits qu’ils en retirent, notamment une réduction du stress et une amélioration de l’humeur. Mais pourquoi s’arrêter là ?

S’occuper d’un jardin, respirer de l’air frais et s’exposer aux rayons du soleil à la vitamine D pourraient-ils aider ceux qui souffrent de dépression ?

La réponse est oui, elle réside dans les micro-organismes antidépresseurs présents dans le sol :

Microbes antidépresseurs dans le sol

La Mycobacterium vaccae présente dans le sol, active naturellement la libération de sérotonine et de dopamine dans le cerveau.

Ensemble, ces neurotransmetteurs envoient des messages chimiques au cerveau : la dopamine affecte vos émotions par le biais de sensations de plaisir et de douleur, tandis que la sérotonine régule notre humeur, notre comportement social, notre libido, notre mémoire et notre sommeil.

mains sales

Lors du jardinage, ces micro-organismes s’absorbent par la peau et sont inhalés à chaque respiration. Lorsqu’ils pénètrent dans votre système sanguin et respiratoire, ils se mettent rapidement au travail, stimulant votre humeur et atténuant votre douleur.

Le lien entre ces microbes du sol et l’amélioration de l’humeur, curieusement, a été découvert par hasard.

Administré à l’origine comme stimulant immunitaire pour les patients atteints d’un cancer du poumon, M. vaccae a dépassé les attentes de l’oncologue Mary O’Brien.

Selon O’Brien, non seulement la bactérie microbienne vaccae a amélioré leur système immunitaire, mais les patients ont également démontré un gain considérable de bonheur, de vitalité et de soulagement de la douleur.

Étude : Les organismes du sol et leur comportement

Selon une étude menée par les neuroscientifiques Dorothy Matthews et Susan Jenks, publiée dans le Behavioural Processes Journal, “manger, toucher et respirer un organisme du sol peut être lié au développement de notre système immunitaire et de notre système nerveux“.

La recherche a été menée sur des souris, auxquelles on a administré M. vaccae et qui ont subi une série de tests comportementaux. Non seulement les souris étaient moins anxieuses, mais elles ont également démontré un meilleur fonctionnement cognitif – naviguant dans un labyrinthe deux fois plus vite que leurs homologues sous placebo.

Le professeur Graham Rook, de l’University College London, s’est penché sur la question. M. Rook pointe du doigt le système gastro-intestinal, le foyer de cent billions de microbes présents en tout temps.

Ces bactéries sont le produit de la génétique et du mode de vie, et interagissent avec tout notre corps. Selon M. Rook, le manque d’exposition aux micro-organismes est en partie à l’origine des problèmes de santé chroniques, notamment auto-immunitaires et de dépression.

Cette connexion entre le cerveau et l’intestin s’avère être le pont entre le jardinage et la santé mentale.

Se salir : Le jardinage pour votre cerveau

Les avantages du jardinage, tels qu’ils ont été démontrés ici, sont réels. Non seulement le jardinage est une activité exceptionnelle à intégrer dans votre routine quotidienne, mais la libération de neurotransmetteurs positifs est indéniable.

Qu’il s’agisse des bienfaits du sol pour le cerveau ou des vertus de la nature, se salir en s’occupant d’un jardin s’avère être un investissement valable pour votre bien-être mental.

Qu’attendez-vous ? Commencez un jardin, profitez de la nature et salissez-vous.

Via Scientists Find Natural Antidepressants In Gardening Soil