Sucer son pouce et ronger ses ongles, est-ce bon pour la santé ?

0
3160
Sucer son pouce et ronger ses ongles, est-ce bon pour la santé ?

Sucer son pouce et ronger ses ongles, est-ce bon pour la santé ?

Si votre enfant à l’habitude de se ronger les ongles ou de sucer le pouce et que cela vous rend fou, vous serez probablement heureux d’apprendre que selon une nouvelle étude ces manies peuvent avoir un avantage sur la santé.

Les chercheurs affirment que les enfants qui sucent leur pouce ou rongent les ongles depuis l’âge préscolaire peuvent être moins sujettes à des réactions allergiques quand ils atteignent l’adolescence. De plus, l’étude a révélé que les effets protecteurs semblaient durer jusqu’à l’âge adulte.

Pourtant, personne n’encourage les enfants à adopter ces habitudes, a déclaré le chercheur principal, Dr Robert Hancox, de l’Universityof Otago à Dunedin, Nouvelle-Zélande.

En effet, la succion du pouce, en particulier, impose une certaine inquiétude quant à l’alignement naturel des dents.

« Nous ne réfutons pas ces inquiétudes», a déclaré M. Hancox. « Mais, pour un enfant habitué, il est assez consolant de savoir que cette habitude pourrait réduire le risque d’allergies. » ajoute-t-il

Comment expliquer la réduction du risque d’allergies ?

Sucer son pouce et ronger ses ongles, est-ce bon pour la santé ?

La théorie dévoile que l’exposition précoce aux bactéries et autres microbes dans la vie contribue à orienter le système immunitaire vers le mode de  lutte contre les infections, et l’éloigne d’une tendance à développer des réactions allergiques.

Cependant, Hancox admet que l’étude ne peut pas prouver une relation de cause à effet entre ces habitudes et le risque pour les enfants d’être sensibilisé aux allergènes.

Cependant, il a expliqué que son équipe a travaillé sur un nombre de circonstances qui influencent les risques de sensibilisation chez les enfants, notamment s’ils étaient nourris au sein, exposés à la fumée secondaire, s’ils ont vécu avec des animaux, ou avaient des antécédents familiaux d’allergies. Il est “difficile d’imaginer” quels autres facteurs pourraient expliquer les résultats, dit Hancox.

Au moins un expert a convenu que l’hypothèse de l’hygiène pourrait expliquer les résultats de l’étude. Dr. Mika Hiramatsu, un pédiatre qui a examiné l’étude et porte-parole de l’American Academy of Pediatrics, a déclaré: « Ceci est un autre élément qui prouve à l’appui l’hypothèse de l’hygiène ».

Hiramatsu a établie des liaisons similaires observées lors des études antérieures: les enfants, qui vont aux garderies, ou ceux qui vivent avec des animaux domestiques, ou dans des fermes, ou ont des frères et sœurs plus âgés, ont tendance à avoir un plus faible risque d’allergies et d’asthme ce qui révèle que les environnements relativement rempli de germes offrent une certaine protection.

« Je pense que cette étude donne du poids à l’idée que les enfants s’améliorent quand ils sont exposés à une variété de microbes », a déclaré Hiramatsu. « Vivre dans un environnement “aseptique” n’est pas vraiment la meilleure chose pour notre santé. »

Cela ne signifie pas que les parents doivent laisser leurs enfants “jouer dans la saleté”, explique Hiramatsu. Mais ils peuvent “se relâcher un peu concernant la propreté”, dit-elle.

Les résultats de l’étude se sont basés sur plus de 1000 enfants néo-zélandais qui ont participé à l’étude dès la naissance. La plupart ont été suivis jusqu’à l’âge adulte.

Selon les rapports des parents, 31 % des enfants ont “constamment” soit sucé leur pouce ou rongé leurs ongles entre 5 et 11ans. Ces enfants étaient 30% moins susceptibles de développer une sensibilisation allergique à 13ans.

Cela signifiait qu’ils étaient moins susceptibles de réagir positivement lorsque leur peau a été exposée à des déclencheurs d’allergie comme le pollen et les acariens. Les chercheurs ont trouvé que le même résultat était toujours apparent à 32 ans.

Les chercheurs ont demandé aux participants à l’étude s’ils avaient été diagnostiqués avec l’asthme ou le rhume des foins. Et il n’y avait aucun lien entre la succion du pouce ou le rongement des ongles et le risque d’avoir ces conditions.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here