Bourdons déployés pour pulvériser les cultures avec des pesticides organiques !

A lire absolument

Elles ne sont pas appelées abeilles ouvrières pour rien. Les abeilles et les bourdons volent d’une plante à une autre à la collecte de nourriture, et l’idée est de leurs donner une autre tâche pendant qu’ils font cette exploration. Transportant des pesticides là où ils sont nécessaires Bee Vectoring Technologies (BVT) à Mississauga, Canada, a ouvert une usine de production commerciale dans l’espoir que l’idée attire les agriculteurs n’appréciant pas la pulvérisation aveugle des cultures.

L’idée consiste à placer un bac de poudre de pesticide organique à l’intérieur de la ruche. La poudre contient une substance pour l’aider à coller aux jambes des abeilles et une souche de Clonostachys rosea, un champignon qui est inoffensif pour ces insectes, mais qui attaques les parasites ravageurs des cultures.

« C’est un champignon parfaitement naturel trouvé très couramment dans le monde entier. Nous avons juste développé une façon de le cultiver et de le récolter efficacement », explique Michael Collinson, directeur général de BVT.

Les bourdons marchent à travers la poudre comme ils quittent la ruche. Quand ils débarquent sur les fleurs pour recueillir le nectar et le pollen, ils laissent un saupoudrage de pesticides pour protéger la plante et les fruits avenir.

De nombreuses cultures peuvent être protégées de cette façon, y compris les bleuets et les poivrons. BVT prévoit de fournir son système de distribution à un certain nombre d’entreprises qui ont développé des contrôles biologiques pour d’autres ravageurs tels que le feu bactérien, ce qui affecte les pommes et les poires. « Les agriculteurs pulvérisent généralement l’ensemble verger et 99 pour cent du pesticide se retrouve dans le mauvais endroit », explique Collinson. « Nous pouvons le livrer localement et utiliser 20 grammes au lieu de 2 kilogrammes. C’est beaucoup mieux pour l’environnement. »

David Passafiume, un agriculteur biologique près de Toronto, a utilisé le système pendant cinq ans sur un peu plus de 4 hectars de fraises et de framboises… (Lire la suite en Page 2)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Récents

Découvrir plus :