L’aromathérapie est un remède datant de l’Antiquité : les égyptiens incluaient déjà dans leurs potions curatives des plantes comme la menthe ou encore le laurier. Ce n’est que plus tard, au XIème siècle, qu’apparaîtra l’idée d’extraire les principes actifs des plantes.

L’aromathérapie est une branche de la phytothérapie (phyto = plantes et thérapie = soigner). Elle consiste à recueillir les principes actifs des plantes.

On parle aussi de l’olfaction ou l’odorat est le sens qui permet d’analyser les substances chimiques volatiles (odeurs) présentes dans l’air.

L’aromathérapie est une approche de soin – assez complexe – dont les essences aromatiques (huiles essentielles) des plantes constituent la base.

Les huiles essentielles ont des vertus analgésiques et antiseptiques. Par exemple, on s’en sert contre plusieurs affections, toux, sinusite, asthme, problèmes digestifs, insomnies, fatigue, anxiété, mal de dos et blessures sportives.

On peut les utiliser aussi pour l’hygiène de son intérieur et en cuisine (par exemple vinaigrette au basilic) et dans les cosmétiques.

L’huile essentielle est une substance odorante volatile produite par certaines plantes et pouvant être extraite sous forme de liquide.

L’extraction se fait selon trois processus: la pression à froid, l’extraction par solvant et la distillation à la vapeur.

Il existe plusieurs voies d’administration :

  • par voie orale : avaler 1 à 2 gouttes d’huile essentielle sur un support neutre (par exemple, un sucre ou de la mie de pain),
  • par voie cutanée : appliquer sur la peau avec une huile végétale (par exemple, huile amande douce ou huile de jojoba),
  • par voie aérienne : inhalation, diffuseur d’huile essentielle.

Cependant, il existe certaines limites à l’utilisation des huiles essentielles et elles ne se substituent pas à un traitement allopathique.

Certaines huiles essentielles peuvent être déconseillées en cas de pathologies spécifiques.

Certaines huiles sont aussi déconseillées aux femmes enceintes ou allaitantes, aux enfants, aux asthmatiques et aux épileptiques.

Les huiles essentielles ont donc de nombreuses vertus car elles soignent le corps et l’esprit. C’est une technique de choix face à différents troubles de santé.

* Attention, ne vous soignez pas seul, il faut toujours demander l’avis auprès d’un aromatologue !

** Chez le chat, l’utilisation des huiles essentielles est à proscrire ou à confier à un professionnel. 1 à 2 gouttes d’huiles essentielles phénolées peuvent tuer un chat.

Estelle Lejeune

Auteur : Estelle Lejeune, étudiante en naturopathie et administratrice du groupe Facebook “vivre au naturel”