Pour prévenir la maladie d’Alzheimer, faîtes ces trois choses !

A lire absolument

Article mis à jour Mai 2021

Une nouvelle recherche identifie trois facteurs clés du mode de vie qui semblent être liés à la réduction des accumulations de protéines associées à la maladie d’Alzheimer.

Selon une nouvelle étude publiée dans l’American Journal of Geriatric Psychiatry, une alimentation saine, une activité physique régulière et le maintien d’un poids correct semblent réduire les accumulations de protéines dans le cerveau associées à la maladie d’Alzheimer.

Ces facteurs liés au mode de vie sont déjà recommandés pour se prémunir contre la démence. Il a déjà été démontré qu’ils réduisaient le rétrécissement et l’atrophie du cerveau.

Mais, selon les chercheurs, il s’agit de la première étude à démontrer comment ils peuvent influencer directement la croissance anormale des protéines chez les personnes qui présentent une perte de mémoire.

Cela est important, écrivent les auteurs de l’étude dans leur article, car on estime que jusqu’à la moitié des cas d’Alzheimer peuvent être attribués à des facteurs de risque modifiables tels qu’un faible niveau d’éducation, le tabagisme, l’inactivité physique et l’obésité.

Une réduction de 10 à 25 % de ces risques pourrait prévenir près de 500 000 cas aux États-Unis.

L’étude a porté sur 44 adultes, âgés de 40 à 85 ans. Ils souffraient de légers problèmes de mémoire mais n’avaient pas été diagnostiqués comme étant atteints de démence. Ils ont fourni des informations sur leur régime alimentaire, leur niveau d’exercice, leur indice de masse corporelle (IMC) et d’autres facteurs liés au mode de vie. Ils ont ensuite passé un scanner TEP – un test d’imagerie cérébrale – pour mesurer différents niveaux de protéines dans leur cerveau.

Les scientifiques recherchaient deux types spécifiques de protéines : des dépôts de plaques bêta-amyloïdes et des enchevêtrements de protéines tau. Ces deux types sont considérés comme des indicateurs clés du développement de la maladie d’Alzheimer.

Bien que l’étude n’ait pas pu prouver l’existence d’une relation de cause à effet, elle a révélé des différences « modérées mais significatives » entre les participants ayant un mode de vie sain et les autres.

Ainsi, les personnes qui pratiquaient une activité physique intense et avaient un IMC normal présentaient moins de dépôts de plaque et de tissus enchevêtrés que celles qui faisaient moins d’exercice et avaient un IMC plus élevé.

Il en allait de même pour ceux qui suivaient un régime alimentaire sain – en l’occurrence, le régime méditerranéen – par rapport aux autres.

Régime méditerranéen, une pratique alimentaire saine.

« Le fait que nous ayons pu détecter cette influence du mode de vie au niveau moléculaire avant le début de graves problèmes de mémoire nous a surpris », déclare l’auteur principal David Merrill, MD, Ph.D., professeur adjoint à l’Institut Semel Institute for Neuroscience and Human Behavior.

Selon M. Merrill, les médecins apprécient depuis longtemps le fait que l’exercice et le régime alimentaire peuvent améliorer les fonctions musculaires et cardiaques. Mais il semble y avoir d’autres effets qu’ils commencent tout juste à comprendre : « Certains de mes patients âgés rapportent des améliorations de leur vigilance et leur mémoire les jours où ils font une longue promenade ou mangent du poisson comme le saumon sauvage« , dit-il.

La nouvelle étude renforce l’idée que les habitudes qui sont bonnes pour le corps sont également bonnes pour le cerveau, dit M. Merrill. Elles semblent avoir un impact sur l’accumulation anormale de protéines « pendant des années, voire des décennies, avant le diagnostic de la maladie d’Alzheimer ».

Les auteurs de cette étude suggèrent également que l’amélioration de plusieurs de ces facteurs liés au mode de vie peut réduire le risque de maladie d’Alzheimer, davantage que de se concentrer sur un seul de ces facteurs. Heureusement, soulignent-ils, manger plus sainement, faire plus d’exercice et perdre du poids vont souvent de pair.

Selon le Dr Merrell, il n’est jamais trop tôt, ni trop tard, pour adopter des habitudes plus saines. Une conviction qu’il met en pratique lorsqu’il traite des patients à l’UCLA.

régime méditerranéen

« Nous essayons de rencontrer tous les patients et les membres de leur famille ». « Nous recommandons une augmentation guidée de l’activité physique ainsi qu’une plus grande adhésion à un régime de style méditerranéen. » Cela contribue à améliorer leur santé physique et mentale au fil du temps, ajoute-t-il, quel que soit leur état initial.

Via For Alzheimer’s Prevention, Do These Three Things

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Récents

Découvrir plus :