Pour la prévention de la maladie d'Alzheimer, faîtes ces trois choses !

Une nouvelle étude identifie trois facteurs clés de mode de vie qui semblent être liés à une diminution des accumulations de protéines, associées à la maladie d’Alzheimer.

Selon une nouvelle étude publiée dans l’American Journal of Geriatric Psychiatry, une alimentation saine, une activité physique régulière et le maintien d’un poids santé semblent réduire les accumulations de protéines dans le cerveau, associées à la maladie d’Alzheimer.

Ces facteurs de style de vie sont déjà recommandés pour protéger contre la démence, et ont été précédemment montrés pour réduire le rétrécissement du cerveau et l’atrophie cérébrale. Cependant les chercheurs affirment que cette étude est la première à démontrer l’influence directe de ces facteurs sur la croissance anormale de protéines chez les personnes ayant une subtile perte de mémoire.

Ceci est important, affirment les auteurs de l’étude dans leur publication, parce qu’il a été estimé que jusqu’à la moitié des cas d’Alzheimer peuvent être attribués à des facteurs de risque contrôlables tels qu’un faible niveau de scolarité, le tabagisme, l’inactivité physique et l’obésité. Même une réduction de 10 à 25 pour cent dans ces risques pourrait potentiellement empêcher près de 50.000 nouveaux cas par an en France et près de 1 Million par an dans le monde.

L’étude a inclus 44 adultes, âgés de 40 à 85 ans, qui avaient des problèmes de mémoire bénins mais non diagnostiqués avec une démence. Ils ont fourni des informations sur leur alimentation, leurs niveaux d’exercice, leur indice de masse corporelle (IMC), et d’autres facteurs de mode de vie. Ensuite, ils ont approuvé un TEP scan (tomographie par émission de positons), un type d’imagerie cérébrale de test pour mesurer les différents niveaux de protéine dans leur cerveau.

Les chercheurs ont été à la recherche de deux types spécifiques de protéines: les dépôts de plaque de bêta-amyloïde et les enchevêtrements de paires de filaments de la protéine tau. Ces deux types sont considérés comme des indicateurs clés du développement de la maladie d’Alzheimer.

Bien que l’étude ne pouvait pas prouver une relation de cause à effet, elle a trouvé des différences “modérées mais significatives” entre les participants avec des modes de vie sains et les autres. Plus précisément, les personnes qui ont pratiqué beaucoup d’activité physique et avaient un IMC normal avaient moins de dépôts de plaque et d’enchevêtrements que ceux qui ont obtenu moins d’exercice et avaient un IMC plus élevé. De même pour ceux qui ont suivi un régime sain dans ce cas, le régime méditerranéen versus ceux qui ne l’ont pas fait.

« Le fait de pouvoir détecter cette influence du mode de vie à un niveau moléculaire, avant le début des problèmes de mémoire graves, nous a surpris »… (Lire la suite en Page 2)

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here