Voici ce que vous devez savoir :

  • Ce n’est pas que le sucre, les enfants sont exposés à divers édulcorants qui sont mauvais pour leur santé.
  • Avertir les parents, Il y a au moins huit édulcorants à connaitre.
  • Ces édulcorants se cachent souvent dans les produits qui sont présentés comme étant moins riches en sucre.

Les parents qui cherchent des solutions moins sucrés devraient être prudents lorsqu’ils choisissent des produits qui promettent moins de sucre. Vous consommez peut-être moins de sucre, mais votre famille pourrait manger des substituts douteux, peu fiables.

Aujourd’hui, l’Académie Américaine de Pédiatrie (AAP) a publié “The Use of Nonnutritive Sweeteners in Children“. Le rapport appelle à plus de recherche sur les édulcorants et leurs effets sur les enfants, en particulier en ce qui concerne le risque de diabète de type 2 et d’obésité.

L’AAP insiste également sur le fait d’indiquer les quantités d’édulcorants présents sur les étiquettes des produits afin que les familles sachent exactement ce qu’elles consomment. À l’heure actuelle, les fabricants ne sont tenus que de nommer les édulcorants non caloriques dans la liste des ingrédients.

Que ce qu’un édulcorant non calorique ?

Au moins un enfant sur quatre consomme un édulcorant non calorique ou artificiel, selon le PAA. Et environ 80 pour cent des enfants en consomment quotidiennement.

Il existe huit édulcorants non caloriques approuvés par la Food and Drug Administration (FDA). (Les six premiers ont été approuvés en tant qu’additifs alimentaires ; les deux derniers ont fait l’objet d’une désignation différente.)

1. Saccharine :

On ajoute la saccharine (ou saccarine) souvent au yaourt et à la gelée à faible teneur en sucre.

Selon le Center for Science in the Public Interest (CSPI), la saccharine ainsi que l’aspartame, le potassium de l’acésulfame (connu sous le nom d’acésulfame potassium ou Ace K) et le sucralose, devraient être évités.

Des études ont établi un lien entre l’aspartame, le sucralose et la saccharine, par exemple, et le risque de cancer et d’autres problèmes de santé, a souligné Sharon Palmer, diététiste nutritionniste.

2. Aspartame :

L’aspartame est présent dans de nombreuses marques de boissons gazeuses light.

3. Potassium de l’acésulfame :

Vous trouverez l’acésulfame potassium  dans certains fruits préemballés qui indiquent qu’aucun sucre n’est ajouté, ainsi que dans SlimFast et certains sodas light. Il vient en deuxième position pour sa présence dans la plupart des produits étudiés, et s’appelle aussi acésulfame K.

4. Sucralose :

On trouve le sucralose souvent dans les boissons gazeuses light et les produits Splenda.

Il a été trouvé dans le plus grand nombre de produits étudiés.

5. Néotame :

On trouve le néotame dans certaines boissons aux fruits, Chewing-gum et boissons protéinées.

6. Advantame

L’Advantame est un édulcorant artificiel non calorique et un analogue de l’aspartame d’Ajinomoto. Il est environ 20 000 fois plus sucré que le saccharose et environ 100 fois plus sucré que l’aspartame.

Il est souvent présent dans les boissons et les mélange de boisson en poudre ainsi que dans les produits de cuisson et de boulangerie.

7. Stevia :

Autorisé sur le marché français comme édulcorant depuis 2010, le stevia se présente comme une alternative directe à l’aspartame.

8. Fruit Monk

L’extrait du fruit Monk possède un pouvoir sucrant de 150 à 200 fois supérieur à celui du sucre.

Aux États-Unis, son extrait est utilisé pour ses propriétés édulcorantes.

En Europe, le fruit Monk est en attente d’évaluation par la procédure Novel Food, il n’est donc pas autorisé actuellement.

Qu’est-ce qui manque ?

Les données scientifiques ne permettent pas de déterminer clairement si l’utilisation d’édulcorants non caloriques permet de contrôler le poids ou d’en être la cause. Certaines recherches suggèrent que les édulcorants peuvent modifier l’appétit et les préférences gustatives ainsi que le microbiome intestinal, ce qui peut affecter le système métabolique.

Les enfants consomment les édulcorants, mais les parents ne sont peut-être pas au courant. Selon une étude, seulement 23 % des parents ont été en mesure d’identifier les produits alimentaires contenant des édulcorants non caloriques. Alors que 53 pour cent des parents recherchaient des produits “à teneur réduite en sucre”, ils ignoraient pour la plupart qu’un édulcorant non calorique était substitué au sucre pour donner au produit un goût sucré.

Un autre problème concernant les édulcorants et le manque de recherche sur les enfants – en particulier avec un poids corporel réduit. La plupart des recherches nutritionnelles portent sur des adultes – alors que les enfants ont des besoins métaboliques et physiologiques qui leur sont propres.

Il faut poursuivre les recherches pour comprendre le risque potentiel de cancer associé à certains de ces produits.

Les consommateurs et les parents ont le droit de savoir quels types et quelle quantité d’édulcorants non caloriques se trouvent dans les produits afin d’être en mesure de faire des choix éclairés.

Cela aidera également les chercheurs à mieux mesurer et suivre l’exposition de la population aux divers types d’édulcorants non caloriques présents dans les aliments. Cela peut nous aider à comprendre les effets des édulcorants non caloriques sur la santé au fil du temps.

Ce qu’il faut donner à vos enfants… (Lire la suite en Page 2)