Femmes cœliaques, le régime sans gluten entraîne des carences nutritionnelles !

A lire absolument

Selon une nouvelle étude, les femmes atteintes de la maladie cœliaque qui suivent un régime sans gluten strict et de longue durée pourraient être confrontées à des carences importantes en nutriments essentiels, notamment en vitamine D, en folates, en calcium et en fer.

Par conséquent, leur qualité de vie et leur état nutritionnel pourraient en être affectés, selon une nouvelle étude menée sur des femmes saoudiennes.

Ces résultats ont été révélés dans le cadre d’une étude transversale intitulée « Long-Term Effect of Gluten-Free Diets on Nutritional Status, Body Composition, and Associated Factors in Adult Saudi Females with Celiac Disease » (Effet à long terme des régimes sans gluten sur l’état nutritionnel, la composition corporelle et les facteurs associés chez les femmes saoudiennes adultes atteintes de la maladie cœliaque) publiée dans la revue Nutrients.

Actuellement, la prévalence de la maladie cœliaque augmente rapidement dans le monde entier, ainsi que dans la région arabe, dont le Royaume d’Arabie saoudite (KSA) présente le taux le plus élevé (3,2%). En outre, les rapports cliniques montrent également que la prévalence de la maladie cœliaque est plus élevée chez les femmes que chez les hommes. Pourtant, la prise d’un régime sans gluten reste la thérapie la plus disponible pour atténuer les dommages intestinaux chez ces patients.

Malheureusement, des études nutritionnelles et cliniques menées auprès de patients atteints de la maladie cœliaque ont montré que le passage complet et la consommation à long terme d’un régime sans gluten, comme seule source d’alimentation, sont associés à un apport énergétique réduit et à plusieurs effets néfastes pour la santé. Il s’agit notamment de carences en nutriments essentiels, en vitamines et en ions, ainsi que d’un risque accru d’obésité, de diabète, de troubles métaboliques et de troubles cardiovasculaires.

Cette étude transversale a été menée à l’hôpital central de Buraidah, en Arabie saoudite, entre août et décembre 2021, sur 51 femmes saoudiennes adultes volontaires chez qui la maladie cœliaque avait déjà été diagnostiquée.

L’équipe a interrogé les sujets et a suivi les apports alimentaires à l’aide de questionnaires pour récupérer les données. Ces données nutritionnelles ont ensuite été comparées aux apports alimentaires recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Des mesures supplémentaires ont été effectuées, telles que l’IMC, la graisse corporelle, la graisse viscérale, le rapport taille-hanche (RTH) et un échantillon sanguin à jeun.

Constatations

D’après les données recueillies, l’apport réel des femmes atteintes de la maladie cœliaque ne correspondait pas à l’apport alimentaire recommandé pour tous les nutriments. Il était significativement inférieur. Par exemple, l’apport quotidien en fer, phosphore, cuivre, calcium, folate et vitamine A était nettement inférieur aux recommandations.

En termes de mesures anthropométriques, les résultats ont montré que 9,8% des sujets étaient en sous-poids et avaient un IMC réduit. Environ 51% des patients avaient un IMC normal, tandis que 27,5% étaient en surpoids.

Suivre un régime sans gluten signifie que les patients doivent éviter les aliments contenant du gluten, ce qui se traduit par un faible apport en nutriments chez les femmes atteintes de la maladie cœliaque. Les sujets ont également consommé moins de fibres et de micronutriments comme le fer, le calcium et la vitamine D. Au niveau macro, leur apport était significativement faible, notamment en graisses, protéines et fibres.

Néanmoins, les scientifiques n’ont observé aucun signe d’anomalie chez les femmes atteintes de la maladie cœliaque suivant un régime sans gluten à long terme, à l’exception des taux élevés lors du test de procalcitonine, de la carence en vitamine D et de l’anémie.

Inconvénient possible du régime sans gluten, des métaux toxiques !

A découvrir : Inconvénient possible du régime sans gluten: les métaux toxiques !

Les variables indépendantes, telles que le niveau d’éducation, ont également eu un impact négatif sur l’alimentation des sujets. Une femme peu instruite ignore peut-être les bonnes habitudes alimentaires.

En conclusion, l’adoption d’un régime sans gluten strict sur une longue période pourrait créer de nombreuses restrictions susceptibles d’affecter la qualité de vie et l’état nutritionnel des sujets.

« Ces résultats indiquent que des soins psychosociaux, en sus des recommandations diététiques pour les personnes atteintes de la maladie cœliaque, pourraient améliorer le bien-être des patients » ont déclaré les chercheurs.

Via Long-term gluten-free diets for celiac women leads to nutrition shortfall – Study

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Récents

Découvrir plus :