Le régime méditerranéen réduit le risque d'Accident Vasculaire Cérébral

Les chercheurs disent que suivre un régime alimentaire sain pourrait réduire les risques de développer des caillots de sang. Une récente recherche estime que le régime méditerranéen peut réduire votre risque de contracter un accident vasculaire cérébral.

L’étude a révélé que les personnes qui ont suivi plus étroitement le régime méditerranéen étaient moins susceptibles de souffrir d’un accident vasculaire cérébral ischémique, provoqué par un caillot de sang.

Selon les chercheurs, un régime méditerranéen inclut beaucoup de fruits et de légumes, des grains entiers, des légumineuses, des noix, du poisson, de la volaille et de l’huile d’olive et une consommation limitée de viande rouge, de bonbons et de graisses saturées comme celles qui sont incluses dans la viande, le beurre, les produits laitiers et les produit riches en matière grasse.

Bien que la recherche ne puisse prouver le rapport de cause à effet, « dans l’ensemble, il y a des preuves solides, basées sur cette étude, qui montrent que l’adhésion stricte au régime méditerranéen réduit de manière significative le risque d’AVC », a déclaré le Dr Paul Wright, président de neurologie à North Shore University Hospital à Manhasset, NY.

L’équipe de chercheurs a analysé les données de plus de 104.000 enseignants en Californie, avec une moyenne d’âge de 52 ans, qui ont pris part à une étude à long terme. Les participants ont été divisés en cinq groupes en fonction de la façon dont ils ont suivi le régime méditerranéen.

Selon  cette même étude, si le fait de suivre un régime méditerranéen était associé à un risque réduit d’AVC ischémique causé par un caillot de sang, adopter un régime alimentaire sain n’a eu aucun effet quant au risque d’accident vasculaire cérébral hémorragique.

Selon les chercheurs, les études antérieures ont montré que les personnes qui suivent un régime méditerranéen ont moins de risque de maladies cardiaques et de déclin mental, mais il y a peu d’informations sur la façon dont le régime alimentaire affecte le risque d’AVC.

Wright a noté que l’étude a été particulièrement rigoureuse puisque les auteurs ont présenté d’autres facteurs qui permettaient de réduire les risques d’AVC, comme l’exercice, l’apport calorique total, l’indice de masse corporelle, le tabagisme et la ménopause / le statut hormonal.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here